Chroniques

Bowie Cabrel Kiss

La cuvée des rockers #2
Publié le 17 janvier 2022

 

Par André Thivierge

Récemment diplômé en sommellerie, l’auteur combine cette passion et celle de la musique pour offrir cette chronique sur les rockers qui ont décidé de s’associer au monde du vin, des spiritueux et de la bière. 

Cette semaine, 2e chronique sur les rockers et le vin

David Bowie

Avec le décès de ce génial artiste, qui accédait déjà au statut de vedette mythique de son vivant, il faut s’attendre à ce que tous les produits étiquetés Bowie deviennent des objets de collection, voire même de culte. Or, il existe des vins « David Bowie ».

Rappelons d’abord l’histoire de cette désormais fameuse cuvée. Contrairement à plusieurs artistes qui investissent dans des domaines viticoles, M. Bowie a simplement prêté son nom et ses talents artistiques à une opération de charité, baptisée Whatever It Takes. Cette opération fut organisée en 2013 par 21st Century Leaders, un organisme qui effectue des levées de fonds au bénéfice de causes humanitaires et environnementales, en utilisant les noms de grandes célébrités mondiales.

Les vins ont été produits par Bodegas Vicente Gandia, un des 15 plus grands producteurs espagnols, situé à Valence, mais qui produit des vins dans plusieurs régions de la péninsule ibérique. 

Celui qui nous intéresse est le shiraz, cuvée David Bowie. Les étiquettes de chaque cuvée sont personnalisées et pour chacune on mentionne « artwork donated by » le nom de la vedette. Les célébrités de divers domaines offrent 30 minutes de leur temps pour concevoir un symbole d’espoir, pour dessiner un petit auto-portrait et écrire un message d’espoir pour le futur.

Sa mort a ainsi fait « des merveilles pour un vin quasiment oublié, auquel il a participé à la création » rapporte le site Wine Searcher. 

Francis Cabrel

Francis Cabrel a acheté le domaine du Boiron de 130 hectares (ha) au total en 1997 à Astaffort dans le sud ouest de la France. Il n’y avait plus de vigne depuis 90 ans mais simplement une activité céréalière. Francis et son frère Philippe, passionnés de vin, ont d’abord planté 1 ha « pour le fun » en 1998 aidés par la coopérative viticole.

De 2000 à 2002, ont lieu les premières vendanges de Merlot, Cabernet Sauvignon et Tannat. Ce micro-vignoble avait du potentiel. Sur les lieux même, existait déjà un beau bâtiment daté de 1850 qui ne servait plus depuis des décennies suite à la crise du phylloxera. En 2003, Philippe et Francis l’ont aménagé afin de devenir vignerons indépendants. Le domaine du Boiron était né. Il fait actuellement 11 ha.

Deux vins commercialisé par Francis Cabrel :

  • Temprano 2019, 100% Malbec. Elevé en cuve béton 7 mois Sur le fruit mûr, un vin gourmand et puissant, des tannins soyeux.
  • Suivi des Fées 2019, Merlot et Cabernet Sauvignon.  Une belle fraîcheur, un vin tendu, long, équilibré. Des tannins prometteurs. A garder.

Kiss

“This stuff will set your taste buds on fire » (“Ce truc va vous mettre les papilles en feu”). C’est ainsi que le groupe Kiss présente sa cuvée « Kiss Zin Fire », un vin rouge californien vinifié à partir du Zinfandel.

Lancé un an après la cuvée d’AC/DC, ce vin à l’étiquette déconcertante se vend sur la boutique en ligne aux couleurs du groupe. L’extravagance du groupe de Metal ne s’arrête donc pas à ses joyeux maquillages. Elle se retrouve jusque dans le marketing de son vin.

On y retrouve des aromes d’épices et de confitures, des saveurs de mures et de poivre. Le vin offre une longue finale satisfaisante pour le palais. 

Motörhead

En 2010, le regretté Ian « Lemmy » Kilmister, membre fondateur et chanteur et bassiste du groupe de rock britannique Motörhead, eut l’idée de créer un vin aussi fort et complexe que peut l’être le rock.

Depuis 2010, Motörhead Shiraz est produite dans la vallée Hunter de l’Australie du Sud.

Ce vin, très riche, présente un arôme fruité accompagné de notes de vanille, de mûres, de prunes, d’eucalyptus et de réglisse. Il est corsé et ses tanins sont souples et arrondis. Il offre des arômes de baies, eucalyptus, fruits, fruits rouges, réglisse et vanille

Afin de savourer pleinement cette grande cuvée, n’hésitez pas à suivre les conseils de Lemmy: « Approchez-le avec prudence, ce vin est trompeur, avec lui tout peut arriver». 

Pink Floyd

L’histoire de Wines that rock, une branche de la Mendocino Wine Company, les producteurs du cabernet sauvignon, Pink Floyd’s The Dark Side of the Moon, est particulière. Créé par Ron Roy et Howard Jackowitz, autrefois partenaires dans RZO, une compagnie de management d’artistes rock.

Ils ont fondé avec David Bowie en 1997, UltraStar Entertainment, une entreprise se spécialisant dans le domaine du fan-club en ligne. Ils avaient comme clients des artistes aussi célèbres qu’AC/DC, The Police, The Who, The Rolling Stones, David Bowie, Sting et U2.

Ils mènent leur business viticole exactement de la même manière qu’on gère un groupe rock, c’est-à-dire en vendant l’image d’abord et le contenu ensuite. Ils vendent des t-shirts, des affiches, etc. Leur créateur artistique, Michael Bruner, est presque aussi important pour l’entreprise que leur winemaker. Parlant de celui-ci, Mark Beaman a tout d’une vedette rock. Il a le look, l’attitude, la jeunesse et le charisme. Il fait le pont entre la musique, l’artiste et le vin. Il est en quelque sorte le chanteur du groupe et leur porte-parole. En termes de vinification, il n’est pas le premier venu pour autant.

Au fil des ans, il a œuvré pour Columbia Crest Winery ainsi que pour le Château Ste-Michelle, dans l’état de Washington, pour déménager ensuite en Californie où il a travaillé pour Villa Mt. Eden et Napa’s Conn Creek. Wines that rock élabore des vins tels que le Pink Floyd’s The Dark Side of the Moon.

Sensé représenter la complexité et l’environnement placide qu’est l’album culte du groupe légendaire, ce cabernet sauvignon réussit à nous charmer sans étonner. La robe dense et profonde est une réflexion parfaite de l’image qu’on se fait de la face cachée de la lune. Le cépage dévoile son côté serein en exprimant ses odeurs naturelles, à savoir le cassis, la mûre et la cerise noire ainsi que des nuances de vanille et de bois brûlé apportées par un séjour en barrique. On perçoit une certaine complexité lorsqu’en toile de fond on discerne des notes de chocolat.

En bouche, il s’exprime avec vigueur. Les saveurs qu’on y perçoit sont en tous points fidèles aux arômes perçus à l’olfaction. Avec un ensemble comme celui-là, les producteurs peuvent chanter «Money».

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  !

Click to comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Fabriqué au Québec!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

%d blogueurs aiment cette page :