Chroniques

Astronomy Domine Interstellar

Pink Floyd à travers le temps # 3
Astronomy Domine Interstellar Overdrive analysé
Publié le 4 juin 2021

 

Recherche par René Maranda

 

Astronomy Domine 

La chanson, écrite et composée par le chanteur et guitariste original Syd Barrett, commence avec la voix de leur manager de l’époque, Peter Jenner. Il lit les noms des planètes, des étoiles et des galaxies au moyen d’un mégaphone ressemblant à un astronaute via un interphone.

Astronomy Domine disparaît des concerts du groupe vers le milieu de 1971 pour réapparaître en tant que premier morceau de certains concerts de la tournée de 1994.

Une version live issue d’un concert à Miami paraît en face B du single Take It Back, et une autre, issue de l’un des concerts londoniens, est incluse dans le double album P·U·L·S·E.

Le groupe de métal progressif Voivod a repris cette chanson sur son album de 1989 Nothingface, de même que le groupe Violeta de Outono sur son album Early Years.

 

Interstellar Overdrive —–

Est l’une des toutes premières improvisations instrumentales psychédéliques enregistrées par un groupe de rock. Dans la version stéréo de la chanson, un orgue se déplace d’un locuteur à l’autre; l’effet est perdu sur la version mono de la chanson, où elle gagne simplement un son d’orgue et de guitare supplémentaire. La chanson devient progressivement presque sans structure et dans un tempo de forme libre, ponctuée par d’étranges bruits de guitare.

La chanson est également la bande-annonce du film Tonite Let’s All Make Love in London, sorti la même année que l’album. Plusieurs versions de cette chanson sont présentes sur des albums pirates.

Du Chapiteau du Kremlin-Bicetre, Paris. 31 October, 1968.

 

Single de Pink Floyd – Flaming

Extrait de l’album The Piper at the Gates of Dawn. La voix de Syd Barrett est doublée grâce à la technique de l’ADT qui en accentue l’effet d’écho et l’amplifie. Après le départ de Barrett, elle est brièvement interprétée en concert ; le chant est alors assuré par son remplaçant, David Gilmour, comme on le voit dans l’émission Bouton Rouge.

D’abord intitulée Snowing, cette chanson single de promotion, avec Flaming en face A et The Gnome en face B, est destinée au marché américain.

Issu du langage familier utilisé par les consommateurs de LSD, le terme « Flaming » fait référence au processus de rémanence visuelle induite par l’hallucination.

Des participations dans 2 films par Pink Floyd

Tonite Let’s All Make Love In London 1967.

1 – Tonite Let’s All Make Love in London est un film appartenant au genre documentaire réalisé par Peter Whitehead en 1967 à propos du « Swinging London », et basé sur des performances musicales psychédéliques et des interviews. Il réunit une performance de Pink Floyd et des prises de vue de John Lennon, Mick Jagger, Vanessa Redgrave, Lee Marvin, Julie Christie, Allen Ginsberg, Yoko Ono, Eric Burdon, Michael Caine et plusieurs autres.

En 1991, un disque compact présentant deux chansons de Pink Floyd (Interstellar Overdrive et Nick’s Boogie) et les interviews de David Hockney et Lee Marvin est sorti pour aider à promouvoir l’album de la B.O. complète. La B.O. est surtout connue pour ses deux enregistrements inédits de Pink Floyd..

 

The Committee 1968

2 – The Committee est un film indépendant britannique réalisé par Peter Sykes et sorti en 1968. Sa bande originale présente des morceaux rarissimes de Pink Floyd et une chanson d’Arthur Brown intitulée Nightmare.

 

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci !

BANNIÈRE : THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE : STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR : GÉO GIGUÈRE
ASSISTANCE AU TEXTE : MARIE DESJARDINS

Click to comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :