Chefs-d'oeuvre

Who’s Next – The Who

Album chef-d’oeuvre # 7
Publié le 27 avril 2020

 

Par René Maranda

L’album Who’s Next  du groupe The Who

Il comprend plusieurs titres qui ont connu le succès dans les hit-parades, comme Won’t Get Fooled Again, Baba O’Riley et Behind  Blue Eyes. Il est classé 28e au classement Rolling Stone des 500 meilleurs albums de tous les temps.

Certaines chansons, dont Baba O’Riley, devinrent des classiques pour les radios FM américaines et furent diffusées de nombreuses fois. Cet album a un ancrage très particulier dans la culture populaire ; certains titres servent de bande originale à des films ou à des séries télévisées. Les exemples les plus typiques en sont les séries américaines Miami et Manhattan, dont les génériques sont accompagnés respectivement de Won’t Get Fooled  Again et Baba O’Riley.

La photo de couverture a été prise par Ethan Russell ; il faisait référence au monolithe dans le film de 1968 2001: A Space Odyssey, car il présentait des membres du groupe debout près d’un pieu en béton dépassant d’un tas de scories ayant apparemment uriné contre lui.

Album original

Face 1

Baba O’Riley – 5:07
Bargain – 5:34
Love Ain’t for Keeping – 2:11
My Wife (John Entwistle) – 3:41
The Song Is Over – 6:16

Face 2

The Song Is Over – 6:16
Getting in Tune – 4:49
Going Mobile – 3:43
Behind Blue Eyes – 3:45
Won’t Get Fooled Again – 8:33

 

Commentaires de nos membres

–  5/5  pour moi ….Toutes les chansons sont excellentes

–  5/5  haut la main. Les Who au sommet de leur puissance sonore, de leurs possibilités instrumentales, et Townshend au meilleur de sa créativité. Avec des audaces sur le plan technologique (l’utilisation encore assez rare alors des synthétiseurs dans un format totalement rock qui cite pourtant très librement Terry Riley) des velléités d’innovation, avec ce concept initial de « Lifehouse« , qui voulait que le groupe organise et soit au cœur d’une expérience de be-in multimedia avant la lettre, et dont le script anticipait avec beaucoup de clairvoyance l’évolution de l’humanité telle que nous la connaissons aujourd’hui, avec notamment l’internet. Vite fichu à la corbeille pour cause d’une complexité telle que personne hormis Townshend n’y avait compris grand-chose, le projet « Lifehouse » a laissé place à l’enregistrement d’un album simple, mais composé de grandes chansons qui constituaient l’équilibre idéal  entre  les déflagrations sonores que l’on connaissait des Who sur scène, avec une science mélodique  jamais démentie. Chaque chanson ici est remarquable, c’est donc pour moi un authentique chef d’oeuvre !

–  Même après 1 million d’écoutes en ce qui me concerne: 5/5 et j’ajouterais 6/5 !!!!

–  Un gros 5.  Cet album marque un changement de son et un côté plus rebelle !!!!

–  Oui, oui Pas une ride ! 5 sur 5. 10-4  En bonus, les Who  jouent encore ces pièces sur scène, sans aucune baisse d’énergie. Qui l’eût cru il y a 50 ans ? Lisez l’autobiographie de Roger  Daltrey; ça vaut le détour (sans jeu de mots, même si le groupe s’appelait à l’origine The Detours  haha !).

 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
ASSISTANTE RÉDAC’CHEF: NATHALIE RUSICITO
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top