Albums

Sgt Pepper’s revu 50 ans plus tard

L’album culte de l’histoire du rock

Sortie 26 mai 1967
remastérisé en 2009
coffret en 2017
EMI Capitol
Note 10 sur 10

Par Ricardo Langlois

 

Résultats de recherche d'images pour « sgt pepper beatles »

Je commence de manière brutale. Sans les Beatles, ma vie aurait été un bateau ivre comme disait le poète. Quand tu as 15 ans et que tu es en amour avec ton meilleur ami… Ayoye!!!   Le Sgt Poivre est arrivé comme une lumière aveuglante. Une Illumination. La foudre m’est tombé dessus…

J’ai découvert les Beatles au début des Seventies. J’ai entendu Sgt Peppers pour la première fois dans mon cours d’anglais à la Polyvalente de Boucherville. Sgt Peppers Lonely Hearts Club Band est l’album culte de l’histoire du rock. 1967, l’album a été la trame sonore de l’expo 67, considéré comme un album-phare des hippies et de la contre-culture. C’est le Summer of Love… OUI, la vie est devenue (soudainement) plus belle. L’été 67 groove à l’os. Nostalgie gravée jusqu’à mon dernier souffle.

Pour la première fois, on parle d’un album. Exit les 45 tours. Un 33 tours avec une compilation de chansons avec une démarche artistique précise, assumée. Paul McCartney l’a imaginé pendant une pause en avion. Épuisé par la Beatle-mania, Sgt Peppers ressemblait plus à l’écriture d’un roman pour moi.  Sur une idée de Paul, les Beatles décident de former un groupe fictif qui aurait un nom très long et partirait en tournée à leur place. Fini les tournées, la Beatlemania désormais. Après réflexions, il semble que le quatuor avait l’idée d’enregistrer uniquement des albums.

L’album Sgt Peppers est un tour de force en soi. Une révolution planétaire et musicale. L’enregistrement a duré 120 jours, 700 heures de sessions étalées sur une période de 5 mois (décembre 1966 à avril 1967).

Résultats de recherche d'images pour « studio enregistrement Sgt Peppers lonely heart club band »

Il y a aussi le grand manitou George Martin qui est (peut-ëtre) le cinquième Beatle. C’est gräce à lui que les chansons bénéficient d’arrangements complexes avec des orchestrations classiques. Pour un disque rock, c’est le début d’un temps nouveau. La musique devient de la littérature pour les oreilles. Voix saturées, collages sonores. Comme si on avait la Lumière toujours en contrepoids à la vision poétique d’un Fab Four renouvelé. On pense à la chanson Lucy in the sky with Diamonds dont les initiales LSD donneront lieu à une légende urbaine qui n’en est plus une selon moi. L’autre chanson qui a joué beaucoup A day in the Life (psychédélique, symphonique, surréaliste).

Si Sgt Peppers est devevu un album-culte, l‘album numéro 1 selon le magazine Rolling Stone, il y aura le début de la fin la même année avec Magical Mystery Tour. C’est Paul, le penseur, le concepteur, le magicien qui a eu l’idée originale. C’est lui qui a composé la majeure partie des chansons. Autour de Sgt Peppers, les Rolling Stones débarquent avec Their Satanic Majesties Requiest qui est évidemment une pâle imitation du Sergent Poivre. Anecdote en filigrane: Jimi Hendrix a repris la chanson-titre pour un concert alors que Paul et John sont dans la salle.

En 1968, John Lennon avoue candidement On n’a pas bourré le disque de références au cannabis et aux drogues, mais, je dois dire qu’il y en a quand même. On essayait de ne pas faire de telles références. On ne disait pas: j’ai pris de l’acide c’est génial mais on a eu le sentiment que quelque chose avait changé entre Revolver et Sgt Peppers.

De mon coté, aux débuts des seventies, je découvrais les Beatles en même temps que Black Sabbath et Emerson Lake and Palmer. Et je lisais le journal Pop Jeunesse devenu Pop Rock. Ah!! les beaux souvenirs!

INFOGRAPHE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
ASSISTANTE RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
RÉDAC’CHEF: GÉO GIGUÈRE

8 Comments

8 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top