Albums

Deep Purple Whoosh! 8.5/10

Analyse du nouvel album de Deep Purple – WHOOSH!
enregistré à Nashville en 2019
Note : 8,5/10
Publié le 26 août 2020

Par Junior Picard

Deep Purple n’a pas mis de temps pour entrer en studio pour enregistrer cette nouvelle offrande ! Aussitôt la tournée The Long Goodbye Tour, nos cinq compères avaient déjà des idées pour enregistrer le prochain chapitre et fort probablement le dernier de la carrière très prolifique de Deep Purple .

Faire une critique d’un groupe que j’aime, n’est pas toujours facile, car je me dois d’être objectifAprès la parution de leur excellent album précédant : Infinite, je me disais que c’était un album parfait pour partir la tête haute après 50 ans de carrière, eh bien non ! Purple n’avait pas dit son dernier mot !

Produit à nouveau par le producteur canadien Bob Ezrin (Pink Floyd, Alice Cooper, Kiss, etc …) qui avait également produit les deux albums précédents : Now What ?! , Infinite. Ezrin emmena Purple dans une sphère plus progressive pour mon plus grand plaisir …

Avant de continuer, je dois vous dire une chose au départ, il ne faut pas comparer l’époque classique du groupe du temps de Ritchie Blackmore et du regretté Jon Lord de l’époque moderne, car c’est comme comparer des pommes et des oranges ! Bon, ceci étant dit, place à WHOOSH !

Ezrin et Deep Purple enregistrèrent cet album à Nashville en 2019 immédiatement après leur dernière tournée. Initialement prévue pour le 12 juin, la sortie de l’album fût repoussée au 7 août dernier, Covid-19 oblige ! Pour les besoins de la critique, c’est le format Digipack qui est en question ici .

Une chose me frappe en regardant la pochette !!! Est-ce un message d’une forme de testament musical, car à première vue, le logo du groupe ressemble à celui du premier album : Shades of Deep Purple paru en 1968, l’astronaute qui se désintègre comme les Super-héros dans les deux derniers films de Marvel : The Avengers et la dernière pièce du format régulier de l’album : And The Adress, que le groupe a repris et qui figurait originalement sur Shades of Deep Purple .

1 – Throw My Bones, est le premier extrait ou simple qui débute Whoosh sur les chapeaux de roues et que j’ai accroché à la première écoute ! Les gars sont au sommet de leur art. Les riffs sont très accrocheurs et la voix de Ian Gillan en pleine forme !

2 – Drop The Weapon, est dans la veine du Purple plus classique avec le Hammond de Don Airey en évidence et refrain plutôt conventionnel, mais combien efficace …

3 – We’re All The Same in The Dark est l’une de mes préférées de cet album, car elle me rappelle à certains morceaux de Perfect Strangers et House Of Blue Light dans certains riffs, bref un régal pour les oreilles.

4 – Nothing At All est une pièce qui détonne un peu qui mélange les époques du groupe avec des riffs contemporains et le jeu de Don Airey qui rehausse la saveur de cette pièce, appuyé par le beat du grand Ian Paice à la batterie, un délice …

5 – No Need To Shout, tout de suite, je remarque l’intro à l’orgue Hammond qui me fait immédiatement penser à Perfect Strangers ! Cette pièce est dans la plus pure tradition du Pourpre Profond avec le riff de Steve Morse qui soit dit en passant, est un excellent guitariste.

6 – Step By Step est très différente des autres pièces de l’album, car elle explore le côté plus progressif contrairement aux autres pièces, mis à part Man Alive dont je parlerai un peu plus loin. Personnellement, cela m’a pris au moins deux écoutes pour la saisir, mais on ne peut reprocher à Purple de vouloir évoluer et sortir des sentiers battus à l’occasion !

7 – What The What a un beat et un riff plutôt rock ‘n’ roll contrairement au reste de l’album.

8 – The Long Way Round, une autre de mes préférées, car j’adore les échanges entre Don Airey et Steve Morse, appuyé par la rythmique de Roger Glover et Paicey.

9 – Power Of The Moon, est une autre très bonne pièce très Hard et Prog que j’adore avec son côté plutôt dramatique ! Est-ce que la Lune a eu du pouvoir sur Purple ?

10 – Remission Possible est une pièce instrumentale dans la plus pure tradition du groupe que j’adore et qui nous conduit immédiatement à la pièce suivante …

11 – Man Alive, fort probablement ma pièce préférée de cet album, car elle est très Prog dans son approche et fusionne si je peux dire les deux grandes périodes de Purple par son par son Hard classique et son côté plus Prog des dernières années!

12 – And The Adress, vous n’avez pas la berlue, car c’est une reprise de cette pièce qui figurait sur leur tout premier album Shades of Deep Purple paru en 1968 ! Personnellement, je trouve que cette version est très réussie et c’est un très beau clin d’oeil au regretté Jon Lord et même à Ritchie Blackmore.

Pièce offerte en bonus sur la version DeLuxe :
13 – Dancing In My Sleep, elle me fait penser à Hush par ses riffs, elle aurait dû paraître sur les autres versions de l’album Whoosh ! pour ma part.

En guise de conclusion, cet album est une réussite, tant au point de vue musical, qu’au niveau de la production de Bob Ezrin, qu’au niveau visuel car la pochette est très belle. Et la version DeLuxe CD / DVD est très bien présentée et contient un DVD avec une conversation entre le bassiste Roger Glover et le producteur Bob Ezrin filmé au studio, The British Grove à Londres en novembre 2019 et également une captation vidéo de leur spectacle au HellFest en France en 2017.

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

6 Comments

6 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top