Albums

Black Sabbath – Master of Reality

Black Sabbath, Master of Reality
sortie : le 21 juillet 1971
publié le 24 avril 2020

 

Par Ricardo Langlois

Il y a des jours plus longs que les autres et qui semblent contenir tout. Jongler avec sa solitude. Vouloir retrouver un sens nouveau. À l’adolescence, entre un disque de Pink Floyd et un de Black Sabbath, je m’éduquais au milieu de ses vibrations à l’origine de la musique rock. La subtilité des âmes est différente (de l’acuité intellectuelle, de l’égo qui tente de s’approprier la vie ou la lumière).

C’est la toux qui a inspiré… Ozzy a remis au guitariste Tony Iommi un joint de marijuana. Celui-ci était sur un microphone et le cannabis puissant le faisait tousser. Le producteur Roger Blain a bouclé l’enregistrement de la toux comme intro de Sweet Leaf, la pierre angulaire de Master of Reality qui fut publié le 21 juillet 1971. Master of Reality était rempli de riffs à multiples facettes, de lignes de basses sinueuses et de voix nasillardes et nostalgiques, qui ont servi d’inspiration à des groupes stoner comme Pentagram, Saint Vitus et the Obsessed. Plus tard Candlemass, Monster Magnet, Cathedral et finalement Kyuss et Melvins (ces derniers ont été un modèle pour Nirvana). Pour rendre la guitare plus facile à jouer avec le bouts coupés de ses doigts gauches, Iommi a réduit sa guitare à trois demi-tons et Geezer Butler a réglé. L’effet secondaire est hallucinant (le son plus sinistre). Master est le premier album que Black Sabbath a passé plus d’une semaine à enregistrer. Paranoid a pris moins de 6 jours. Pour Master, le groupe a passé trois mois. Un luxe.

Expérimentation

Explorer toutes les options musicales n’étaient pas le seul obstacle créatif pour Black Sabbath. Les quantités massives de mauvaises drogues et d’alcool auxquelles ils s’adonnaient avaient probablement autant à voir avec leur paranoïa et leur manque de productivité. Le plus grand obstacle d’Ozzy était la chanson Solitude. Depuis que le bassiste Geezer Butler a écrit les paroles et que la chanson a incorporé différents temps. Sorti peu de temps après une tournée très médiatisée, Master a atteint le numéro 8 du palmarès américain. C’était le dernier album de Black Sabbath à faire ses débuts dans le top 10 jusqu’à leur dernier album de retrouvailles, 13, qui a fait ses débuts au no 1 en 2013. En juillet 2001, Master a été certifié double platine.

Moins de 32 minutes…

Master serait considéré comme un album trop court quand on regarde la production des bands comme Metallica ou Iron Maiden, d’autant plus que deux des chansons sont des pièces instrumentales. Pour les auditeurs de l’époque, cependant, c’était le format des albums standards.

Imaginez les 6 premiers albums ont été créés dans la première moitié des seventies, sont tous des réussites énormes. Paranoid revient souvent comme la référence suprême et on ne peut remettre ce choix en question. Malgré tout, Master est l’album le plus lourd. L’aboutissement de leur style. On parle de la première période glorieuse d’Ozzy Osbourne. Des morceaux phares : Children of the Grave et Into the Void. (1)

Dans une entrevue de l’époque ; ‘ Notre nouvel album a toujours le son de Black Sabbath, mais en plus mélodique. Au lieu de chanter sur le riff de la guitare comme dans Iron Man, je fais des mélodies différentes, et puis ça se construit. Tony a composé une partition de guitare en arpège. C’est une belle compo, et on voulait faire un morceau joyeux ‘ (2).

Texte poétique

À l’écoute de Children of the Sea, chanson de fin du monde, apparemment due à des problèmes écologiques.
We ve lost the rising sun   — (Nous avons perdu le soleil levant)
A final sign   — (Un signe final)
As the misty morning   — (Tandis que le matin brumeux)
Rolls away to die   — (Roule au loin pour mourir)
Reaching for the stars   — (Atteignant les étoiles)
We blind the sky   — (Nous aveuglons le ciel)

L’homme est responsable du désastre écologique. Nous avons couru jusque dans le néant, jeté la clef et fermé la porte. Dieu existe ? Il est sans limite. Il est invisible comme la Lumière qui ne se donne pas à voir. Black Sabbath nous offre un disque de métal spirituel (ésotérique). Sur After Forever : Dieu est-il juste une pensée dans votre tête ou fait- il partie de vous ? (Is God just a thought within your head or is he a part of you ?). N’est-ce pas l’idée d’être étranger à son propre cœur ? Mon chant sera comme une lumière. Mon chant se fera entendre à ton cœur plein de vie. (3) Mais l’homme préfère se détourner de son Créateur.

On bouclera le premier triptyque du Sabbath avec Vol 4 et Sabbath Bloody Sabbath. Le résultat est presque similaire à mon groupe fétiche Pink Floyd d’avant Dark Side of the Moon avec son sens peu commun du psychédélisme et de la musique ésotérique.

Notes de l’auteur

1- Référence, revue Loudwire, juillet 2019
2- Notes d’une entrevue d’Ozzy gracieuseté de mon ami Mario Champagne (Black Sabbath Franco, facebook)
3- Citation du poète Rabindranath Tagore, Le jardinier d’amour suivi de La jeune Lune (NRF Gallimard)

 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top