Albums

Arapacis Déjà Hard

Mini-album Déjà Hard  de AraPacis
8/10
Publié le 1er octobre 2020

 

Analyse de Junior Picard

Déjà Hard  du groupe AraPacis

Malgré la pandémie actuelle, AraPacis n’a pas chômé pour nous offrir un mini-album contenant des pièces qui étaient parues sur les albums précédents du groupe, avant l’arrivée de Michelle Macpherson qui est l’épouse du membre fondateur Jerry Fielden, aux chants. Ce mini-album marque l’introduction du légendaire claviériste de Rainbow et de Max Webster, David Stone comme membre officiel d’AraPacis !

Voici sans plus tarder mon analyse de : Déjà Hard !

1- Tale Spin. Originalement parue sur le tout premier album du groupe, So Many Leaper en 2006, Jerry et sa bande débutent sur les chapeaux de roues avec une intro me faisant penser à Space Truckin de Deep Purple. J’aime beaucoup le son « Hammond » de David Stone marié à la guitare de Jerry dans cette pièce et solidement appuyé par le bassiste Jean Audet et le violon discret de la violoniste, Gwendolyne Krasnicki. À noter que le fils de Jerry et de Michelle, Gillan, chante comme choriste. Je perçois une approche à la fois progressive et doom sur cette pièce avec la voix de Michelle !

2- Horror Show est une pièce écrite par Jerry dans les années 80 et qui était originalement sur le troisième album Netherworld ,paru en 2011, est fort probablement ma pièce préférée du mini-album. Avec une teinte de Metal classique et gothique, et planante dans son ensemble, qui me font voyager dans un monde fantastique où plusieurs époques s’entrechoquent. Bref, j’adore !

3- Fast Fingers est la troisième pièce qui figurait sur So Many Leaper que Jerry avait écrite dans les années 70, avec des sonorités qui me font penser à du Rush et à du Black Sabbath. Cette fois-ci , le violon et les claviers s’en donnent à cœur joie dans cette envolée métallique et progressive ! Dommage qu’elle soit courte !

Extrait, partition de violon de Galiya (Gwendolyne Krasnicki) sur Fast Fingers 

4- Crisis est la quatrième pièce qui était sur Netherworld. Nous entrons dans un monde plus sombre avec un riff et les claviers qui me font penser à Rainbow par moment, mais la comparaison s’arrête là, car à mon avis, je la considère très doom dans son approche surtout avec la voix de Michelle qui lui donne cet aspect. Même symphonique, avec les claviers de David, ce qui n’est pas pour me déplaire !

Les points forts du mini-album Déjà Hard. 1- Belle pochette et belle présentation réalisée par James St-Laurent de même que pour la photographie et photographie additionnelle par Kyle Miller.
2- Les pièces sont bien structurées dans l’ensemble avec des sonorités diverses et quelques clins d’œil intentionnels ou pas, aux principales influences du groupe.

Le point faible : C’est au niveau du son de la batterie, non pas que Jerry a fait un mauvais travail à la programmation, loin de là, mais il y a une rigidité dans le son d’une batterie programmée qui m’écorche l’oreille et les pièces auraient plus puncher davantage avec un batteur ! Peut-être que pour des questions logistiques et de pandémie, il en était préférable ainsi !

En studio : Jerry Fielden et Michelle Macpherson

David Stone

Déjà Hard : production :Jerry Fielden et Tyler Christiaens, qui soit dit en passant est bien réalisé !
AraPacis : Jerry Fielden : guitare, mandoline, programmation de batterie
Gillan Macpherson-Briggs  : chœurs sur Tale Spin
Michelle Macpherson : voix principale et chœurs
David Stone : claviers
Jean Audet : basse
Gwendolyne Krasnicki : violon sur Tale Spin et Fast Fingers

1 Comment

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top